Logo SSF, Social Sans Frontières
Bienvenue à SSF
  Agrandir la taille des caractères   Réduire la taille des caractères  

Elisa Cesan - Italie


Processus et planification; travail en réseau et prise en charge; le complexe engagement professionnel et humain des opérateurs et des opératrices sociaux

 
Pour illustrer le risque auquel est exposé le résultat d'un acte éducatif qui, se distanciant loin du dogmatisme et des pratiques discriminatoires et autoritaires, ouvert au chemin des possible, je voudrais partager avec vous une nouvelle de Botho Staruss, intitulée «  La Dédicace».
J' ai connu cette nouvelle à travers une contribution très intéressante du professeure Mariagrazia Contini qui se trouve dans le tome « Grandes lignes de pédagogie générale ». 
“La Dédicace” raconte l'histoire d'un homme qui, abandonné par sa fiancée, se retrouve seul dans l'été chaude d'une métropole et, quand le désir pour elle devient plus intense et les raisons de son abandon plus clair, commence à écrire de brèves notes en pensant à elle.
Peu à peu l'écriture devient un moyen pour lui parler et comprendre leur relation, les problèmes qui les divisent. Ainsi commence la longue dédicace dans laquelle l' analyse du passé est étroitement liée à la planification d'une possibilité pour l'avenir: maintenant, il sait pourquoi elle est partie et il sait comment ils pourraient réinventer leur relation:
si seulement pouvait-il  lui faire avoir ce que lui a écrit!
L' occasion surgit quand, un soir, elle lui  téléphone et lui demande de la joindre pour lui se faire emprunter de l'argent.
Il se précipite au rendez - vous mais elle, ayant déjà résolu le problème de l'argent,s' en va dans un taxi.
Il lui court après et lui donne le manuscrit en lui disant de le lire le plus tot possible ; elle promet qu' elle le fera.
De retour à la maison il est heureux car il pense qu' après quelques jours elle l' appellera parce qu' elle aura compris les motifs de leur séparation.
 Il commence à nettoyer et ranger la maison en attendant son retour.
Passent les jours et les semaines mais d' elle aucune réaction.
Il retourne au bar où il l' avait rencontrée et il demande au barman s'il l' avait revue.
Non, le barman ne sait rien, mais il a quelque chose qu'on lui a confié: de sous le compteur il fait sortir le manuscrit qu' elle avait abandonné dans le taxi ce soir là.
Que nous raconte cette histoire?
Elle nous raconte qu' accepter l' engagement éducatif dans l' horizon non garanti du possible signifie aussi accepter que sa propre “dédicace” ne puisse rejoindre le destinataire, car même si elle a été pensée et écrite pour lui, elle peut l' oublier dans un taxi.
Mais cela signifie aussi reconnaitre et respecter sa liberté de choix, et trouver  un sens à ses propres actions au delà de la réalisation de ses objectifs.
Dans cette perspective la planification est cependant fondamentale et essentielle parce que le chemin du  possible soutien notre processus et notre propension vers le futur.
Planifier  est l' objectifs primaire pour rendre protagonistes les personnes qui s' adressent à nos nos  services socio-sanitaires  et éducatifs; dans la planification doivent être impliquées toutes les figures institutionnelles et   les familles. 
Le travail en réseau est fondamental, avec toutes les personnes impliquées à partir du sujet qui bénéficie des  nos service socio-sanitaires et éducatifs.
Comment les opératrices et les opérateurs sociaux peuvent-ils rendre le projet socio-sanitaire ou éducatif en un processus créatif et non en un exercice du pouvoir?
Je pense que les opérateurs et les opératrices  sociaux peuvent être comparés à des artistes parce qu'ils ont affaire à de la matière changeante.
Dans le processus artistique, normalement, la conception et l’action, ne sont pas des éléments distincts, mais l’un se nourrit continuellement de l’autre dans une dynamique circulaire.
L'artiste, comme l’opérateur et l' opératrice  sociaux, procède de manière incertaine et n’aura pas idée, sinon par niveaux d’approximation très élevés, à quoi aboutira son effort.
Cet effort, bien que supporté par des connaissances précédentes ne peut que procéder de manière tendanciellement incertaine.
À la suite de l'une des propositions de perspectives  pédagogiques actuelles on peut évaluer non seulement les personnes non seulement à travers les analyses scientifiques que fournissent le diagnostic et le traitement médicamenteux de la maladie diagnostiquée, mais on peut aussi les connaitre à travers l’approfondissement des éléments caractéristques de chacun et chacune de par sa propre histoire personelle avec ses spécificités historiques, culturelles, expérientielles, biologiques et fonctionnelles.
Cette connaissance arrive par un patient dialogue, capable de saisir les éléments significatifs de l'histoire de chacun et chacune.
Ce dialogue exige une écoute active, une écoute accueillante, attentive, participative, empathique et sans préjugés.
Un dialogue toujours disponible à la révision du projet au cours de l' intervention prévu.
Le contrat éducatif devrait etre caracatérisé par:
- une negociation continue des significations et actions entre opérateurs- trices et bénéficiaires;
- des modalités pour procéder par tentatives et erreurs;
- une consideration du risque et de l' erreur comme parties du processus et donc à ne pas éviter;
- une présence des feedback;
- considération de la situation opérative comme un unique processus dynamique qui se dénoue pendant tout l’ arc de l’ intervention.
Bradford P. Keeney, dans son livre “L' esthétique du changement” il dit qu' il y a deux manières fondamentales de voir la relations humaine.
La premierère est le “modèle de la boxe” dans lequel la relation est smplifiée en termes de stratégie de prédominance sur les autres,
tactique du pouvoir, manipulation et controle.
La deuxième est le “modèle de la “colleganza”, où ce terme se réfèr au verbe relier, dans lequel nous nous engageons ensemble pour évoluer et améliorer les propres connaissances dans une optique d' échange et de coopération mutuelle.
De manière grossière, le projet d’intervention se réalise comme suit:
- dans les phases initiales de l’intervention, lors desquelles le faire  est expérience structurante de la relation;
- dans la réalisation d’actions stratégiques, c’est à dire finalisées à induire des comportements et des attitudes chez l’autre;
- dans les actions directives, par ordre extérieure (par exemple le tribunal)  ou ordre autonome de l’opérateur-trice  (par exemple la tutelle de la victime).
Je laisserais aux processus  d’aide  la tache de décrire la contraction dans chaque phase de l’intervention soulignant, pourtant, que le processus d’aide dans le travail éducatif doit se réaliser à plusieurs niveaux.
Sur le plan organisationnel-promotionnel, en travaillant sur les ressources institutionnelles, sur les réseaux sociaux en impliquant les memes dans le projet qui sera formulé.
Il est donc important de proposer une recherche - action apte à réaliser une proposition programmée et concertée en équipe pluridisciplinaire de solutions aux problèmes.
Sur le plan relationnel-émotif, le processus d' aide, se réalise en soutenant et impliquant les destinataires du service à l’accomplissement de taches déterminées avec leur propre réalité et avec les ressources disponibles à activer.
Il est fondamental par conséquent de développer, en qualité d’éducateurs et éducatrices, une capacité apte à impliquer les bénéficiaires des nos services dans l’élaboration de projets qui les soutiennent pour s' engager à  activer ces mécanismes d’apprentissage et de changement sur le plan personnel et sur le plan relationnel selon les objectifs communs.
De cela on déduit la complexité du travail et l’importance de la professionnalité des figures éducatives.
Pour souligner le processus qui ne peut pas etre scindé de la planification, j’aime utiliser la force représentative d’un ancien symbole et mythe: l’Uroboro.
L’Uroboro représente dans une variante alchimique, un serpent et un dragon qui avalent réciproquement leurs queues en formant ainsi un cercle.
Il est considéré comme une représentation de l’auto-réflexivité ou cyclicité, dans le sens d’un quelque chose en  auto régénération continue, des cycles qui commencent à nouveau  à peine ont ils fini, de la conjonction entre ciel (le dragon) et terre (le serpent).
Les deux animaux, le serpent et le dragon, se nourrissent l’un de l’autre et dans le fait de se manger ils n’éliminent pas leurs individualités réciproques, mais ils les englobent dans leur présent pour leur futur.
La conception de l’intervention à travers la représentation de l’Uroboro tend  à mettre en évidence certaines choses:
- considérer  la relation d’aide  au moins duelle;
- concevoir  l’opérateur - trice non seulement comme observateur - trice externe, mais comme élément qui entre en jeu avec toutes ses caractéristiques;
- l’impossibilité de pouvoir établir  a priori le résultat de  l’intervention;
- concevoir les erreurs comme éléments constitutifs et qualifiants du processus  d’aide;
- problématiser causes et effets, en tant que, dans une casualité circulaire, les unes peuvent devenir les autres, selon  l’option interprétative choisie.
Une telle conception du processus opératif à travers la représentation mythologique de l’Uroboro “conçoit chaque processus de l’esprit et de la vie comme récursif et complémentaire” come dit Keneey, ajoutant que “l’alternative est la reduction en morceaux du monde en d’innombrables dualisms qui nous séparent  des différentes parties de notre experience”.
Comme dit Gregory Bateson  dans son livre “ Vers une écologie de l’ esprit” :
“La rigueur seule est la mort par paralysie, mais l’imagination seule est la folie. Quand nous nous approchons de nos situations nous devons toujours nous rappeler d’utiliser une logique intégrative qui soit en état de tenir ensemble plusieurs éléments sans réduir la complexité à de simples dualismes”.
Nous devrions empreindre nos actions  professionnelles au principe de la recherche esthétique.
Bateson dit encore “ La recherche esthètique comporte nécessairement une danse récursive entre rigueur et imagination.Nous devons utiliser tout notre cerveau pas seulement le coté droit ou la coté  gauche”.
 Bateson rajoute:
“Nous qui nous occupons  de sciences éducatives et sociales ferions bien de réprimer le désir de  controler le monde que nous controlons de manière tellement imparfaite…Nous devrions par contre etre guidés dans nos recherches par un motif plus ancien mais aujourd’hui méconnu: la curiosité pour le monde auquel nous appartenons. La récompense de cette manière de tavailler n’est pas le pouvoir mais la beauté”.Quand nous sommes dans le vif de notre action professionnelle nous devons toujours etre intrigués par l’Etre face auquel nous nous trouvons et seulement après avoir essayé d'en  comprendre les caractéristiques nous pouvons penser à formuler des hypothèses sur comment procéder,mais en sachant bien que ces hypotheses doivent toujours etre accompagnées par la conscience de leur incertitude a priori et en dehors de la relation entreprise.Notre  Dédicace doit etre transformée en une experience potentiellement créatrice et non en un exercice de pouvoir.